Greffe de cheveux ratée : quelles sont les précautions à prendre ?

Une greffe de cheveux ratée est facile à reconnaître. À l’issue de l’opération, le rendu final obtenu s’écarte légèrement du résultat attendu. Les imperfections peuvent se manifester au niveau de la zone donneuse et/ou de la partie chauve recouverte. Cela concerne souvent une cicatrice qui reste trop apparente malgré le temps et qui devient gênant. Que faire en cas de greffe de cheveux ratée et comment éviter l’échec d’une telle opération ?

Comment savoir si une greffe de cheveux est ratée ?

Les principaux signes d’une une greffe de cheveux ratée apparaissent au bout de 5 à 10 jours après l’opération.

A lire en complément : Quel diplôme pour être brancardier ?

  • Un effet cheveux de poupée

Certaines parties chauves de la chevelure sont dissimulées sous des cheveux longs qui proviennent des zones avoisinantes. Concrètement, les zones à traiter ont juste été camouflées et non greffées correctement.

  • Une cicatrice trop visible

La réussite d’une greffe de cheveux est marquée par une densité capillaire homogène sur l’ensemble de la tête. Dans le cas contraire, certaines parties de la chevelure (zone donneuse ou zone receveuse) peuvent être plus denses que d’autres.

A lire également : Remèdes naturels pour soulager les coups de soleil

  • Une mauvaise orientation des greffons

Dans la pratique, les greffons implantés doivent pousser dans le même sens que les cheveux naturels du patient. Au bout de quelques jours, si les implants poussent dans l’autre sens, c’est le signe d’une greffe de cheveux ratée.

Que faire après une greffe de cheveux FUT ratée ?

Plusieurs solutions permettent de récupérer une greffe de cheveux ratée, selon le rendu inesthétique obtenu.

  • Cicatrice inesthétique sur la zone donneuse : excision d’une cicatrice de bandelette élargie sous anesthésie locale, implantation d’une nouvelle unité folliculaire par technique FUE dans la cicatrice de bandelette élargie, dermopigmentation par injection de pigment dans la cicatrice pour créer une illusion de densité.
  • Effet « cheveux de poupée » : extraction des gros greffons dans le cas où il est impossible de les camoufler (sur la ligne frontale par exemple) pour ensuite les transformer en une nouvelle unité folliculaire à implanter de nouveau. Une nouvelle greffe FUE ou FUT pour augmenter la densité au niveau des gros greffons et réduire les contrastes entre la zone donneuse et la zone receveuse.
  • Mauvaise orientation des greffons : extraction des implants mal positionnés et réalisation de nouvelles implantations d’unités folliculaires. Une épilation laser en cas de lignes d’implantation très basses.

Quelles sont les causes des implants capillaires ratés ?

Dans la pratique, une greffe de cheveux ratée résulte de nombreux paramètres.

  • Une mauvaise analyse clinique du chirurgien : une telle opération nécessite une compétence chirurgicale spécifique, une dextérité manuelle, une connaissance des unités folliculaires de tous les opérateurs impliqués, une connaissance approfondie de la peau et de ses différentes pathologies, un goût esthétique qui respecte les caractéristiques du visage et de l’âge du patient.
  • Une mauvaise préparation : la prise de médicaments, l’usage de lotion et l’exposition permanente au soleil sont interdits durant les deux semaines qui précèdent l’opération.
  • Un mauvais prélèvement : la technique de greffe par FUE consiste à extraire des unités individuelles de 1 à 4 poils dans la zone donneuse, sans nécessairement réaliser des sutures et avec une repousse immédiate au bout de 7 jours.
  • Une mauvaise conservation des implants : une exposition prolongée des unités folliculaires à l’air libre peut endommager les greffons.
  • Une mauvaise manipulation des unités folliculaires : une mauvaise manipulation des greffons peut les endommager et causer l’échec de la greffe de cheveux.
  • Une mauvaise transplantation de l’implant dans la zone à corriger : les trous doivent être percés à l’angle approprié et uniquement à raison d’une à deux unités pour épaissir la zone frontale.

Santé