Quels sont les motifs de refus de crédit ?

Vous aviez trouvé le bien de vos rêves, mais votre banque a refusé de vous accorder le crédit que vous demandiez ? Ne paniquez pas, cela ne veut pas dire renoncer à toute perspective d’achat.

Prêt refusé… acheteur protégé

A découvrir également : Quel salaire pour vivre en France ?

Si le prêt vous est refusé, vous devez en informer le vendeur et le notaire et leur remettre un certificat fourni par la banque.

C’est bon à savoir. En cas de refus de crédit, même après le compromis de vente signé, l’acheteur est protégé, la condition suspensive du prêt. Il est obligatoire, c’est-à-dire que même si le compromis ne le mentionne pas, il s’applique (à moins que l’acheteur ne précise qu’il achète sans prêt, ou qu’il ne souhaite pas bénéficier de ce dispositif).

A lire également : Comment déclarer ses revenus de location meublée ?

Attention ! Le compromis doit préciser le montant, la durée et le taux du prêt que vous allez demander, et le refus doit correspondre à celui demandé, afin que la condition suspensive puisse jouer. En cas de refus de un prêt, les sommes que vous avez versées doivent donc vous être remboursées intégralement.

Frappe-la à la porte de droite

Un prêt refusé par une institution ne signifie pas que toutes les banques vont le refuser. Rien ne vous empêche d’en commencer d’autres. La raison du refus peut être justifiée ou non par la banque. Si c’est le cas, essayez de chercher l’argument principal qui l’a motivé à essayer de le surmonter et à présenter ainsi un nouveau cas plus solide. Si vous êtes certain de la faisabilité de votre projet, contactez vous-même d’autres établissements ou faites appel à un courtier, qui négociera pour vous, vous dirigera vers l’organisation la mieux adaptée à votre profil.

Pour éviter…

Bien que nous puissions jouer sur certains aspects du paquet financier, d’autres critères sont cripturaux, comme un taux d’effort trop important. Aucune banque n’accepte un remboursement supérieur à 33 % du chiffre d’affaires. Également à éviter, les prêts à la consommation cumulés, les découverts chroniques, l’enregistrement dans l’incident de paiement national Frais de dossier ou de jeu. Une situation professionnelle fragile peut jouer contre le demandeur, qui devra compenser par une bonne contribution personnelle et démontrer, par sa tenue de compte, qu’il sera en mesure de rembourser un crédit.

Pour favoriser…

Être convaincant, devant une banque, c’est montrer que l’on est un bon gestionnaire. Tout comme le niveau de revenu, la capacité d’épargner est primordiale : mettez peu de côté, mais régulièrement. La tenue des comptes doit être impeccable dans les mois précédant la demande de prêt. L’augmentation de l’apport personnel, même petit à petit, joue également. Vous pouvez demander la solidarité familiale, débloquer la participation aux bénéfices de votre entreprise, utiliser l’action Loan Housing (mieux connue sous le nom de « logement à 1% ») ou vous renseigner sur les aides accordées par certaines municipalités aux premiers acheteurs.

Il est également possible de jouer sur la durée du prêt. Le risque pris par la banque augmente avec lui, nous pouvons donc essayer de le réduire ; un an ou deux suffisent souvent. Le solution opposée : l’allongement de la durée du prêt vous permet de réduire le montant du paiement mensuel, afin de respecter la règle de 33% de la dette. Tout dépend de votre cas, mais n’oubliez pas de discuter de la pertinence de votre achat : qualité du bâtiment, emplacement, marché dynamique, sont des critères rassurants, dans le cas d’une revente ou d’une hypothèque.

Et vous, avez-vous été confronté à un refus de prêt ? Pour quelles raisons ? Avez-vous réussi à obtenir d’autres financements ? Comment avez-vous négocié votre prêt ? Partagez votre expérience, dites-nous tout, le blog est là pour cela !

Action logement (mieux connue sous le nom de « logement à 1 % »), ou renseignez-vous sur les aides accordées par certaines municipalités aux premiers acheteurs.

Il est également possible de jouer sur la durée du prêt. Le risque pris par la banque augmente avec lui, nous pouvons donc essayer de le réduire ; un an ou deux suffisent souvent. La solution inverse : l’allongement de la durée du prêt vous permet de réduire le montant du paiement mensuel, afin de respecter la règle de 33 % de la dette. Tout dépend de votre cas, mais n’oubliez pas de discuter de la pertinence de votre achat : qualité du bâtiment, emplacement, marché dynamique, sont des critères rassurants, dans le cas d’une revente ou d’une hypothèque.

Et vous, avez-vous été confronté à un refus de prêt ? Pour quelles raisons ? Avez-vous réussi à obtenir d’autres financements ? Comment avez-vous négocié votre prêt ? Partagez votre expérience, dites-nous tout, le blog est là

Immo
Show Buttons
Hide Buttons